Le numérique comme alternative avec www.uvmali.com

Refuser « la banalisation des attaques et des menaces visant les écoles, les enseignants et les élèves à travers la région » du Sahel, voilà donc la détermination de Famib.

Les trois facteurs combinés des conflits sociaux, sécuritaires et sanitaires ont mis un coup d’arrêt brutal à l’administration d’une éducation reposant sur les garanties du service publique qu’offraient les Etats à leurs citoyens. Les conflits armés et l’absence de réponse collective à la pandémie du coronavirus ont servi de révélateur et d’amplificateur des insuffisances des pays fragilisés comme ceux du Sahel. Le domaine de l’éducation, de la formation, donc de la préparation des futures générations, connaît depuis des blocages, voire un arrêt du système alors que les Etats peinent à implémenter des alternatives crédibles et efficaces.