voies de la réussite

La dernière partie de l’ouvrage interroge les conditions de la réussite en matière de développement et d’intégration du numérique scolaire.

Première évidence, la nécessité d’adapter la technologie aux contextes, avec une très large diversité des situations. La question de l’accès à l’électricité est évidemment première, en particulier pour les zones rurales, mais la prise en charge durable des coûts récurrents constitue aussi un obstacle à ne pas négliger. Les conditions de stockage et d’exploitation des équipements (contraintes climatiques notamment), les considérables difficultés liées au service après-vente, sans évoquer même les coûts de maintenance eux-mêmes… Autant de questions qui doivent être résolues sur place, avec et par les acteurs eux-mêmes. La très grande diversité des initiatives, du recyclage d’ordinateurs anciens aux expérimentations d’équipements internet mobiles les plus modernes (tablettes), ou encore les développements d’usages fondés sur les équipements personnels, favorisent l’émergence de modèles locaux, appuyés sur de fortes capacités créatrices.

Mais l’intégration réussie du numérique est aussi largement liée à la recherche de continuité avec les pratiques existantes, fortement ancrées dans les réalités, les sociétés et les cultures locales. La formation des maîtres et des cadres doit permettre de favoriser ces continuités, en particulier en évitant le recours à des modèles de formation exogènes au profit d’élaborations nationales ou locales.

La recherche de modèles économiquement soutenables fait aussi l’objet d’attentions essentielles : réduction des coûts fixes, financements durables pour prendre en charge les coûts récurrents, avec notamment la recherche d’appuis sur les conceptions de l’économie circulaire, de l’open source et du partage des usages.